Attention, ici on sourit !
Chargement
Chargement...
Protégez vos oreilles
Protégez vos oreilles
————

Dépister le vieillissement du système auditif : avec l’âge, le système auditif vieillit, son fonctionnement est moins optimal. Si toutes les parties de l’oreille sont concernées, c’est principalement les cellules sensorielles qui subissent en premier lieu les affres du temps. Leur dégénérescence et leur destruction entraînent une perte auditive, on parle de presbyacousie. La gêne à la compréhension de la parole, en particulier dans le bruit, est le signe le plus précoce de la perte auditive. C’est le signal d’alerte pour effectuer un test auditif.  

De personnes entendantes à personnes entendantes : nous préférons accuser la fatalité et nous retrancher derrière l’excuse de l’âge pour ne pas avoir à recourir à un test auditif et à une aide auditive. Il apparaît pourtant que l’âge de découverte d’un problème auditif joue considérablement sur les résultats obtenus par les aides auditives.

Premiers symptômes: sauf dans le cas de traumatismes particuliers, la perte d’audition n’apparait pas du jour au lendemain. Elle arrive progressivement. D’abord, quand vous regardez la télévision, vous comprenez bien le présentateur du journal de vingt heures quand il s’exprime. Mais le film qui suit, avec ses acteurs qui parlent tous en même temps, vous ne les comprenez pas bien. Et vous haussez le son du téléviseur…

 

Dépister le vieillissement du système auditif : avec l’âge, le système auditif vieillit, son fonctionnement est moins optimal. Si toutes les parties de l’oreille sont concernées, c’est principalement les cellules sensorielles qui subissent en premier lieu les affres du temps. Leur dégénérescence et leur destruction entraînent une perte auditive, on parle de presbyacousie. La gêne à la compréhension de la parole, en particulier dans le bruit, est le signe le plus précoce de la perte auditive. C’est le signal d’alerte pour effectuer un test auditif.  À partir de 60 ans, il est recommandé de réaliser un test auditif tous les deux ans.

De personnes entendantes à personnes entendantes : nous préférons accuser la fatalité et nous retrancher derrière l’excuse de l’âge pour ne pas avoir à recourir à un test auditif et à une aide auditive. Il apparaît pourtant que l’âge de découverte d’un problème auditif joue considérablement sur les résultats obtenus par les aides auditives. Il apparaît que les patients plus jeunes s’adaptent mieux et maîtrisent parfaitement le maniement des appareils. Selon une étude rapportée par le site audition-info.org, 80 % des personnes appareillées à 60 ans portent leurs appareils auditifs en permanence, gage d’efficacité, contre seulement 14% des personnes appareillées à 80 ans.

Perte de l’audition

La déficience auditive (DA) peut se caractériser par la différence entre le niveau sonore minimum perçu normalement (seuil normal d’audition) et le niveau minimum perçu par la personne sourde :

• L’audition normale lorsque la perte moyenne est comprise entre 0 et 20 dB ;

• Les DA légères, dont la perte moyenne est comprise entre 20 et 40 dB ;

• Les DA moyennes lorsque la perte moyenne est comprise entre 40 et 70 dB ;

• Les DA sévères avec une perte moyenne est comprise entre 70 et 90 dB ;

• Les DA profondes, lorsque la perte est supérieure à 90 dB. Ces valeurs représentent la moyenne des pertes sur les fréquences 500, 1000 et 2000 Hz.

En fonction de la localisation de l’altération à l’origine de la surdité, on distingue différentes déficiences auditives : de transmission, de perception, mixte ou nerveuse.

• Les surdités de transmission se caractérise par une atteinte de l’oreille externe ou de l’oreille moyenne. On peut ajouter à cette catégorie les surdités transitoires de l’otite aiguë ou les surdités permanentes dues à un blocage ou des osselets. Parmi les causes de ces déficiences auditives, on peut citer l’otospongiose, maladie métabolique qui a pour effet de limiter le déplacement de la chaîne des osselets.

• Les surdités de perception se caractérise par une atteinte de l’oreille interne. Ces déficiences auditives sont plus difficiles à traiter. Ces déficiences auditives sont congénitales, génétiques ou accidentelles. La plupart sont acquises et résultent d’une agression des cellules ciliées de l’oreille interne par le bruit, le vieillissement, les médicaments ototoxiques (toxiques pour l’oreille) ou d’autres maladies.

• Les surdités mixtes sont une combinaison des deux surdités précédentes. Elles associent ainsi un obstacle de transmission du son à une atteinte de l’oreille interne.
< un dernier groupe. Le diagnostic de ces déficiences auditives se fait grâce à différents tests plus ou moins sophistiqués, pour comprendre l’origine de la gêne auditive. Le mécanisme de la surdité peut être mis en évidence grâce à un audiogramme.

Surdité la plus fréquente : La presbyacousie

Dans 80% des cas, la baisse de l’audition est due à la presbyacousie. La presbyacousie est un vieillissement naturel du système auditif, comparable à la presbytie pour la vue. Ce phénomène signifie que le système auditif devient moins performant avec l’âge. Au fil des années, de façon très progressive, certaines cellules de l’oreille interne disparaissent. Petit à petit nous perdons la perception de certains sons qui permettent une bonne compréhension des mots.

D’où une prise de conscience difficile car la plupart des troubles de l’audition arrivent sans choc brutal. En effet, une personne ayant déjà une baisse importante de son audition peut ne pas se rendre compte de son trouble lorsqu’elle se trouve dans un milieu peu animé. Elle ne ressent réellement une gêne que dans des milieux plus animés par exemple lors de réunions familiales, au restaurant, au cinéma, au théâtre …

Premiers symptômes

Sauf dans le cas de traumatismes particuliers, la perte d’audition n’apparait pas du jour au lendemain. Tout arrive progressivement.

D’abord, quand vous regardez la télévision, vous comprenez bien le présentateur du journal de vingt heures quand il s’exprime. Mais le film qui suit, avec sa musique de fond et ses acteurs qui parlent tous en même temps, vous ne les comprenez pas bien. Et vous haussez le son du téléviseur.

Si vous discutez avec votre conjoint ou un ami, en tête-à-tête, tout va bien. Au pire, vous devez faire répéter quand une voiture passe en même temps. En revanche, lorsque vous vous retrouvez en famille ou entre amis, avec les enfants qui rient et qui chahutent, là, vous ne comprenez plus ce que l’on vous dit.

En général, la première personne à se rendre compte que vous avez perdu en audition, ce n’est pas vous, c’est votre conjoint ! Le problème est qu’il n’a pas forcément les bons mots pour se faire entendre… « t’es sourd, ou quoi ? » n’est pas forcément la meilleure formule pour vous faire admettre un début de surdité.

C’est plutôt quand les amis ou les collègues de travail vous font la remarque : « t’aurais pas un problème d’oreille ? Tu sais, moi, etc. », que vous commencez à admettre les choses.

Et, sachez-le, c’est la même chose pour tout le monde, entre le moment où vous commencez à ressentir les premiers signes et le moment où vous admettrez que vous avez perdu en audition, il se sera écoulé pratiquement sept ans.

Et cela s’explique : le vieillissement auditif se calcule à environ un décibel par an. Autrement dit, à 1% d’audition en moins, chaque année. Donc, entre le moment où les premiers symptômes apparaissent et le moment où, enfin, vous déciderez d’aller consulter, il se sera passé sept ou dix ans. Dommage ! Plus on s’y prend tôt, mieux c’est. Plus le cerveau est jeune, plus il est capable d’utiliser correctement le signal sonore amplifié d’une aide auditive.

Protégeons, optimisons, et restaurons votre capital audition.

Vous vous reconnaissez peut-être après avoir lu les premiers signes et pris conscience de l’importance du dépistage alors n’attendez pas !

Chez Pastel Audition le bilan auditif est gratuit.

En fonction du résultat nous vous indiquerons la marche à suivre et vous conseillerons.

Étude Inserm « Déficit auditif déclaré, appareils auditifs et déclin cognitif chez les personnes âgées : une étude sur 25 ans ».

Cette étude confirme que le déclin cognitif est majoré chez les personnes âgées ayant un trouble de l’audition. La perte auditive est généralement associée à une augmentation des symptômes dépressifs et un isolement social progressif. Cette étude suggère également, et ce pour la première fois, qu’il n’existerait pas de lien direct entre trouble auditif et déclin cognitif, dans la mesure où avec une prise en charge audio-prothétique, le déclin cognitif chez les sujets ayant une perte auditive n’est plus majoré comparativement aux sujets sans perte auditive. Le port d’une prothèse auditive agirait positivement sur la cognition en restaurant les capacités de communication, en favorisant le maintien d’activités sociales et la qualité de vie. Ces résultats plaident en faveur d’un dépistage et d’une prise en charge des troubles de l’audition chez les personnes âgées.

Télécharger l’étude ici.

Les professionnels de l’audition

Vous avez des problèmes d’audition et ne savez pas à qui vous adresser ?

Trois spécialistes peuvent prendre soin de votre audition, il s’agit du médecin ORL, de l’audioprothésiste et de l’orthophoniste :

  • Le médecin O.R.L

Oto-rhino-laryngologiste. Sous cette dénomination se cache le médecin O.R.L, comme il se fait appeler plus couramment. Ce spécialiste s’occupe aussi bien du nez et de la gorge que des oreilles. C’est lui qui réalise l’examen de l’audition quand un doute existe. Des otites à répétition peuvent par exemple mener à un problème de surdité.

Le bilan auditif comporte deux phases : l’otoscopie, qui est un examen clinique complet du tympan et du conduit, réalisé à l’aide de spéculums d’oreille et l’audiométrie. Ceux qui ont connu les “3 jours” de préparation au service militaire, en ont tous subi une. Ce test, qui dure une trentaine de minutes, permet de connaître le degré et le type du déficit auditif. Le patient reçoit des signaux sonores en champ libre ou dans son casque selon le type d’examen choisi. Une courbe auditive (témoignant de la conduction aérienne) est alors établie en fonction des réactions aux différentes fréquences.

Puis l’O.R.L fait de nouveau un test, mais cette fois en appliquant un vibrateur sur la mastoïde, l’os situé derrière le pavillon de l’oreille. Les mêmes sons sont alors diffusés. La comparaison de la nouvelle courbe obtenue (témoignant de la conduction osseuse) avec la précédente permet de préciser le niveau et le type de surdité (surdité de transmission, de perception ou mixte).

Si un appareillage est nécessaire, il adressera son patient à un audioprothésiste.

  • Les audioprothésistes

Sur prescription médicale, les audioprothésistes procèdent à l’appareillage.

La formation d’audioprothésiste est sanctionnée par un diplôme BAC+3. De nombreuses écoles en France préparent à cette profession : Paris, Lyon, Montpellier, Nancy, Fougères. La sélection s’appuie sur un concours d’entrée. Un métier aux multiples facettes

Au terme de ces études, ce spécialiste est le seul habilité à procéder à l’appareillage des malentendants, qui lui ont été adressés par un médecin ORL (oto-rhino-laryngologiste) avec lequel il est le plus souvent amené à travailler. Chez Pastel Audition, nous sommes plus que des audioprothésistes, nous sommes des audioconsultants qui bénéficient d’un master, de 6 niveaux de certification ainsi que d’une formation continue. En contact direct avec la personne entendante, nous l’accompagnons à toutes les étapes de sa vie. La prise de l’empreinte du conduit auditif, le réglage des appareils, l’adaptation prothétique, l’évaluation de l’efficacité, l’apprentissage de l’utilisation sont autant de points que ce spécialiste de santé maîtrise. Attention à ne pas être trop impatient, le réglage de ces appareils repose sur des paramètres techniques mais aussi et surtout sur la perception du patient. Il peut ainsi nécessiter de nombreuses visites et du temps. Ne vous découragez pas après 2 ou 3 visites, le choix et l’adaptation d’aides auditives est plus compliqué que le choix de verres correcteurs.

  • L’orthophoniste

L’orthophoniste est le professionnel de santé qui prend en charge la prévention, l’évaluation et le traitement de déficiences et des troubles de la communication. Ils interviennent auprès des enfants, des sourds et malentendants ou de personnes âgées, malades ou accidentés dans le cadre d’une rééducation, par exemple après un accident vasculaire cérébral (AVC). Il peut faire appel à de nombreuses techniques : linguistique, neurologie, psychologie, phonétique…

Après avoir réalisé un bilan de la maîtrise de la voix, de la parole et du langage, il prévoit un plan d’apprentissage isolé de la lecture labiale ou participe à l’apprentissage de la parole, de la voix et du langage dans les surdités enfantines.

Lire la suite