pastelaudition
Rappel automatique

Rappel automatique

Prendre rendez vous

Prendre rendez vous

Recevoir la documentation

Recevoir la documentation

Les différents types d’implants auditifs

En savoir plus sur les différents types d'implants auditifs 

Lorsque les appareils auditifs ne procurent plus assez de bénéfices ou entraînent trop d’inconvénients, il existe d’autres solutions : les implants auditifs. On retrouve principalement trois types d’implants auditifs, dont l’implant cochléaire, l’implant à ancrage osseux et l’implant de l’oreille moyenne.

Pour bien comprendre le fonctionnement et les différences entre les divers types d’implants auditifs, il importe de comprendre le fonctionnement de l’oreille. Ainsi, lorsqu’on entend, le son emprunte deux chemins différents. La conduction aérienne représente le son qui entre par l’oreille externe, qui pénètre dans le conduit auditif en faisant vibrer le tympan et ensuite les osselets. Par la suite, le son traverse l’oreille interne en faisant déplacer les liquides et les cellules ciliées de la cochlée pour finalement se rendre jusqu’au cerveau par le nerf auditif. La conduction osseuse, quant à elle, représente le son qui fait vibrer la boîte crânienne et stimule directement la cochlée, sans passer par le tympan et les osselets.

Les différents implants auditifs :

L’IMPLANT COCHLÉAIRE

L’implant cochléaire a pour but de court-circuiter l’oreille qui n’est plus capable de capter les sons, pour aller directement stimuler le nerf auditif et ainsi permettre à la personne d’entendre. Il est composé :

- d'un microphone dont le but est de capter les sons (aspect classique d’une prothèse auditive)
- d’un processeur vocal capable de transformer les sons en impulsions électriques
- d’électrodes qui iront directement stimuler le nerf auditif.

Implant cochléaire
Il est surtout conseillé d’implanter les jeunes enfants sourds profonds (plus facile pour eux de s’adapter) ou alors les personnes devenues sourdes et qui ne peuvent plus tirer aucun bénéfice de leur appareil auditif. Il faut savoir que pour pratiquer cette implantation, le chirurgien doit « tuer » les « restes auditifs » de l’oreille. Ceci pourrait avoir pour conséquences, pour une personne qui entend encore un petit peu, que si l’implant venait à être rejeté elle n’entendrait plus du tout de cette oreille.

L’IMPLANT À ANCRAGE OSSEUX

Souvent appelé BAHA (Bone Anchored Hearing Aid) est basé sur le phénomène de conduction osseuse. Les os du crâne ont la capacité de propager les ondes sonores. Ainsi elles peuvent être captées par l'oreille interne.

Il est destinée surtout aux personnes qui présentent une surdité de transmission ou mixte, l'oreille interne étant assez bonne, qui ne peuvent être appareillés avec des prothèses auditives. Il est souvent proposé en cas de surdité totale unilatérale (qui n'affecte qu'une seule oreille) pour rétablir une "certaine" stéréophonie : l'implant est mis à l'oreille sourde et le son est capté par l'autre oreille grâce à la conduction osseuse.

Cet implant, proche des implants dentaires, se présente sous la forme d'une vis en titane que le chirurgien introduit dans la mastoïde. Elle est destinée à supporter l'appareil lui-même, le processeur,  et à transmettre les vibrations induites par le son directement à l'oreille interne.

L'opération consiste à implanter la vis en titane dans la mastoïde, derrière l'oreille. Un système d'ancrage arrimé à cette vis permet d'y adapter le processeur externe.

L’IMPLANT DE L’OREILLE MOYENNE

Implant fixé sue les osselets

L'idée de base de cet implant est d'amener la vibration sonore directement aux osselets, sans passer par le conduit auditif et le tympan. Pour cela, le chirurgien insère dans l'oreille moyenne un vibrateur qu'il fixe sur l'un des osselets, le plus souvent l'enclume. Ce vibrateur est relié par un fil à un boitier récepteur d'ondes, inséré le cuir chevelu, un peu au-dessus de l'oreille. La partie externe, le processeur, de petite taille, est maintenue par un système d'aimants sur le boitier implanté. Elle comprend un microphone et tient grâce à un aimant implanté avec le récepteur.

Des systèmes totalement implantés sont expérimentés. Il reste à trouver les solutions à un certain nombre de difficultés comme la capacité des micros, mis sous la peau, à capter les ondes sonores, la durée de vie de la batterie...



Contactez-nous

Accept Site use cookies