1. Home
  2. /
  3. Articles
  4. /
  5. PASTEL KIDS : nos...
Centre auditif
PASTEL KIDS : nos équipes partagent leurs histoires
décembre 2, 2020

Vous avez pu découvrir le Parcours KID, unique dans le domaine de l’audition et conçu spécifiquement pour le bilan du capital auditif chez l’enfant. Les audioconsultants ont souhaité partager avec vous leur expérience et quelques souvenirs vécus en centre : l’occasion d’aborder quelques points clés autour de la prise en charge de l’audition chez l’enfant.

*

            « comme une grande »

Le jour J, après la mise en place des aides auditives et quelques réglages, l’audioconsultant prend le temps nécessaire pour montrer et expliquer les gestes à adopter pour une utilisation en toute autonomie. Le but est de mettre en place un usage facile et confortable dès le premier jour de manipulation, pour inclure ces nouvelles habitudes au quotidien de façon simple et naturelle.

Wencke, audioconsultante au centre Pastel Audition de Colomiers, pense à Pia  : à 6 ans, la petite fille sait mettre et retirer ses aides auditives, mais aussi les nettoyer, et ce sans l’aide de ses parents. Et oui ! pour tout faire comme une grande

Les enfants s’adaptent assez vite à leurs aides auditives. De plus, cela est gratifiant pour eux de montrer qu’ils savent faire quelque chose sans notre aide. Cela leur donne confiance.

*

            « le petit rituel dans la vie de l’enfant »

            Une fois adoptées, les aides auditives constituent un petit rituel dans la vie de l’enfant. C’est souvent la première chose, et la dernière, qu’il fait au réveil et au coucher. Une maman raconte que c’est le premier réflexe de sa fille le matin, avant le câlin ! Geste fondamental et rassurant.

*

            « connecté à la voix de son professeur »

Un autre point essentiel de la prise en charge infantile concerne l’adaptation de la rééducation auditive aux milieux scolaire et périscolaire. Pour cela, il existe le système Rogers de Phonak : le professeur porte un microphone spécifique. Sa voix est diffusée directement dans les aides auditives, au niveau des conduits auditifs. L’avantage, c’est qu’il n’y aucune perte de restitution du son, que le professeur soit de dos, en mouvement ou dans le brouhaha d’une classe par exemple.         Comme le système Rogers fonctionne à distance, car il est connecté aux aides auditives, et que celles-ci s’adaptent aux sons en déplacement, cela permet également les sorties à vélo, les jeux à l’extérieur, les excursions, les activités en groupe, etc. L’enfant reste connecté phoniquement à son environnement et aux voix, en particulier celle du professeur.

Les enjeux cognitifs sont importants et l’audition joue un rôle clé dans le développement des connaissances et du langage de l’enfant. Lorsqu’il entend les mots, il mémorise leur prononciation et crée les connexions neuronales nécessaires à leur prononciation : on parle de circuit de la parole. Rogers est un outil qui vient compléter au quotidien l’usage de ses aides auditives en apportant des conditions d’apprentissage optimisées.

*

            « comme un arc-en-ciel »

Porter des aides auditives, c’est aussi un choix… de couleur. En la matière, il y a 2 écoles : opter pour la discrétion, avec des aides assorties à la carnation, ou oser la couleur. Wencke nous explique : « Il est préférable que les aides auditives se voient. Cela permet d’informer l’entourage, et donc de s’adapter. Cela facilite l’approche. »

Les enfants optent souvent pour la couleur, plus ludique. Rouge, vert, jaune, bleu, rose… pour entendre le monde aux couleurs de l’arc-en-ciel !

*

            « un outil d’apprentissage comme les autres »

Et puis, il y a la question du regard des autres, notamment des autres enfants. Soyez rassurés, en 16 ans d’expérience, Wencke n’a jamais eu de mauvais retours. En général, cela crée plutôt la curiosité des camarades, donc l’occasion d’échanger, de s’intégrer. « Avec les aides auditives, l’enfant peut poursuivre son apprentissage de la même façon que les autres, donc tout va bien ! »

*

            « communiquer, se relier au monde et prévenir les dangers »

Si la rééducation auditive permet de communiquer, de se relier au monde, cela permet aussi d’éviter les dangers, donc d’être plus rassurés : quand on sort par exemple, on entend les chiens arriver, aboyer, on entend les voitures etc. C’est un vrai enjeu pour la sécurité de l’enfant !

*

            « voir grandir chaque enfant et s’adapter à lui »

Accompagner des enfants dans le cadre du parcours Pastel KID, c’est aussi et surtout le plaisir de les voir grandir. Pauline pense à Mathys, 8 ans, dont elle s’est occupée au centre de Gaillac : « Au cours des derniers mois, il a connu de grosses poussées de croissance : en 6 mois, j’ai dû refaire faire les embouts sur mesure de ses aides auditives 3 fois, car il avait grandi des oreilles. Il est ravi d’être entré dans mon record de plus grand nombre d’empreintes réalisées en 6 mois et garde précieusement sa collection d’empreintes d’oreille ! » Et ce n’est qu’un début…

*

            « entendre pour la première fois et sourire »

Wencke raconte l’un des moments les plus émouvants vécus chez Pastel Audition : il s’agit d’une petite fille qui n’avait jamais vraiment entendu. Quand elle a entendu la voix de ses parents pour la première fois, elle a souri d’une façon que ni ses parents, ni Wencke ne sont prêts d’oublier. Pour eux, c’était l’effet d’une seconde naissance. Pour elle : « Ce sont des situations sans mot. »

De l’émotion, des pleurs, de la joie, c’est pour ce genre de moments que Wencke n’échangerait son métier pour rien au monde.