1. Home
  2. /
  3. Articles
  4. /
  5. LES ACOUPHÈNES
Traitement des acouphènes
LES ACOUPHÈNES
février 11, 2021

Si l’on pose la question à un spécialiste de l’audition, la réponse ne se fait pas attendre : définir l’acouphène est chose complexe. Comme l’explique Céline, audioconsultante au centre Pastel Audition de Cugnaux : «  On ne peut pas généraliser. Bien que 10% de la population française soit concernée par ce phénomène, l’acouphène se manifeste de différentes manières. L’intensité et les sons entendus varient d’une personne à l’autre.

Sur les 10% de la population vivant avec un acouphène (tout le monde ayant déjà plus ou moins ressenti le phénomène de façon passagère, après un concert par exemple) le phénomène est invivable pour 1% des personnes touchées.

Du fait de son imprévisibilité et de sa subjectivité, la prise en charge de l’acouphène nécessite du temps et de la patience. La source étant neurologique, trouver une solution est parfois compliqué, d’autant que la science n’a pas encore percé tous ses mystères…

            Comment se produit un acouphène et qu’est-ce que c’est exactement ?

En cause, des micro-lésions au niveau des cellules ciliées de l’oreille interne, qui captent les sons de l’environnement et les transmettent au cerveau sous forme de signaux électriques (pour plus de détails, consultez notre article sur le fonctionnement de l’oreille – https://pastel-audition.com/article/les-mecanismes-de-laudition/ .

Comme le cerveau ne reçoit plus de signal et qu’il n’apprécie pas le « vide », il crée un son de synthèse qu’il transmet à l’oreille interne via les nerfs auditifs, pour combler l’absence de perception sonore. C’est donc une sorte de son fantôme. Ces sons varient d’une personne à l’autre : aigu, graves, sur différentes fréquences et de types différents : continu, bourdonnement, froissement, grincement…

            Quelles solutions sont possibles ?

La prise en charge s’adapte à chaque personne, selon l’expression typique de l’acouphène. Céline précise : « On ne sait pas d’avance si ça va marcher, chaque acouphénique est différent. Il faut essayer plusieurs solutions et tenter de trouver la bonne. »

On l’a dit, un acouphène est conséquence d’une perte auditive. Aussi, dans la plupart des cas, deux possibilités existent :

  • compenser la perte auditive grâce à des aides auditives : des sons étant à nouveau perçus par les cellules ciliées, l’acouphène s’atténue ou disparaît
  • masquer l’acouphène en ajoutant un son établi sur-mesure par l’audioconsultant et diffusé par les aides auditives directement au niveau de l’oreille

Cela dit, pour les 1% de la population souffrant d’acouphène sévère, un suivi pluridisciplinaire peut être mis en place en collaboration avec l’audioconsultant. Si trouver un moyen « physique » est du ressort de celui-ci, un soutien psychologique peut s’avérer très bénéfique en complément – bien que la bienveillance soit présente des deux côtés.

Sophrologie, relaxation, orthoptie, chiropraxie ou kinésithérapie, entre autres, peuvent aider à soulager un acouphène et à mieux le supporter (la cause pouvant se trouver au niveau des lombaires, des cervicales, des dents, etc.)

L’important est d’échanger, de pouvoir être entendu et compris quant aux difficultés que cela représente.